Carrefour d'opinions

04 février 2015

Quel amateurisme gouvernemental en matière de communication au Mali !

Grande honte et grande désolation !
A quand la fin de l'amateurisme gouvernemental en terme de communication?
Exceptés quelques uns, aucun site web des différents départements ministériels ne fonctionne. Les dernières informations des quelques rares fonctionnant datent de soit 2012 ou début 2013.
Si le gouvernement pouvait remédier cette situation, il anticiperait d'ailleurs beaucoup de rumeurs dont il est appelé à démentir.
Au moins "AVANT 2012" tous les sites web ministériels fonctionnaient et donnant accès à toute la documentation d'Etat (textes législatifs et réglementaires, documents de projets, présentations, etc.).
Il faut reconnaître maintenant qu'avec les changements incessants de noms des ministères et les rattachements et détachements permanents des services aux différents ministères les choses sont encore compliquées, souvent on ne sait même plus vers quel site faudra-t-il se rendre pour prendre des informations officielles. Le site même de la Présidence de la République est encore nulle car il a changé d'adresse et le nouveau site est moins efficace que l'ancien mais avec des informations pas du tout utile pour le public. On y trouve que des infos politique pour le Président. 
Le seul site un peu à jour est celui de la Primature
Consultez les adresses suivantes vous-mêmes pour apprécier.
Présidence de la République : http://www.koulouba.ml/
Ministère des Finances : www.finances.gouv.ml
Ministère de la Fonction Publique : www.fonctionpublique.gouv.ml
Ministère des Affaires Etrangères : http://www.diplomatie.gouv.ml/
Ministère des Maliens de l’Extérieur : http://www.maliens-exterieur.gouv.ml/
Ministère de la Justice : http://www.justice.gouv.ml/
Ministère de l’Administration Territoriale : http://www.matcl.gov.m/
Ministère du Transports et du désenclavement : http://www.met.gov.ml/
Ministère de l’Enseignement Supérieur :http://www.enseignementsup.gouv.ml/
Minsitère de l’Environnement : http://www.environnement.gov.ml/
Ministère de l’industrie et du Commerce :http://www.miic.gouv.ml/index.aspx
Ministère de l’Education Nationale : http://www.education.gov.ml/
Ministère des Mines : http://www.mines.gouv.ml/
Ministère de la Communication : http://www.mali-ntic.org/
Ministère des Sports : http://www.sports.gouv.m/
Ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme :http://www.artisanat-tourisme.gouv.ml/
Ministère de la Culture : http://www.culture.gouv.ml/
Secrétariat Général du Gouvernement : http://sgg.gouv.ml/
Ministère de la Santé : http://www.sante.gov.ml/
Ministère du Développement rural : www.ma.gov.ml
Ministère de l’Urbanisme : http://www.mlafu.gov.ml/
Ministère de l’Energie et de l’Eau : www.energie.gouv.ml
Ministère de la Sécurité http://www.msipc.gov.ml/
Ministère des Domaines de l’Etat et des Affaires Foncières : NEANT

Posté par Djibril Niare à 17:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 janvier 2015

Pourquoi liberté de la presse signifie agression contre l'islam

L’agression d’Etat de la France contre l’islam

attentat

Les attentats perpétrés en France au début de ce mois de janvier par les frères Kouachi et Amedy Coulibaly ne sont pas des attaques gratuites. C'est l'agissement d'une communauté qui se sent délaissée et agressée sans autres moyens de recours. La France étant jadis un pays respectueux des religions ne se reconnait plus dans les agissements de la presse française actuelle et des autorités françaises. Au regard de la situation on constate que ces autorités ont donné quitus à la presse d’agir dans une dynamique qui met en péril la sécurité de toute  la France.

Un pays conscient de sa sécurité, connaissant la structuration de sa société, connaissant les enjeux que peuvent avoir la question religieuse et qui agit de manière responsable cadre sa presse dans sa liberté afin de prévenir les éventuels troubles.

Est-ce la France est dans le besoin actuel de faire face à un problème qui la désoriente de ses priorités actuelles, à savoir la croissance, le chômage et le déficit budgétaire ?

Est-ce qu’elle est dans le besoin actuel de troubler ses relations diplomatiques avec des pays majoritairement musulmans pour un principe de liberté de la presse ?

La réponse à ces questions devrait constituer la matière de réflexion de son gouvernement en ce moment avec l’impact en termes de moyens financiers, technologiques, humains sur les dépenses publiques au titre de la surveillance et la sécurisation de son territoire.

De l’histoire récente, il n’y a pour tant pas de pays musulman qui se livre à de telles agressions d’Etat organisées contre le christianisme ou le judaïsme à l’exception de l’Iran qui est un cas particulier. Encore, avec l’Iran c’est la résistance à une coalition contre son peuple sans pour autant s’attaquer aux symboles des deux religions. Le Pape François a agit en responsable en invitant le gouvernement français à agir contre cette agression gratuite de l’islam. Barack Obama  qui est conscient de la place mondiale et des enjeux de la sécurité du peuple américains a marqué une retenue quant au soutien au gouvernement français dans son agression d’Etat. Le monde actuel attend des leaders politiques et religieux les comportements adoptés par ces deux hommes pour une stabilisation des relations et une pacification des sociétés qui sont de nos jours très hétérogènes.

La grande honte malienne

IBK charlie hebdo

Du moment où le Mali fait face à une situation particulière et complexe ses autorités à travers son Président ne devront pas afficher un tel soutien au peuple français. Les autres pays africains qui dont la population est majoritairement musulmane se sont limités à condamner le meurtre des journalistes ont compris qu’il faut savoir lire entre les lignes de cette question. Au moment où les forces armées maliennes tombent sur les champs de bataille dans l’anonymat total, les autorités politiques peinent même à communiquer sur le nombre de leur victimes. Aucune manifestation de reconnaissance ou d’hommage banal fut-ce-t-il n’est organisée pour elles. Au regard de la configuration politico-religieuse actuelle du Mali, le pays doit réfléchir sur sa diplomatie en matière de soutien aux agressions de la presse contre l’islam. Le président IBK vient encore d’agrandir le fossé entre lui et son peuple qui est majoritairement musulman et qui reste encore à l’écoute des leaders religieux dans son sentiment de se voir abandonné par les autorités.

Posté par Djibril Niare à 18:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2014

Le Génocide Rwandais, Malheur africain!

Le Génocide Rwandais, Malheur  africain!

Genocide Rwanda

"L'histoire est le produit le plus dangereux que la chimie de l'intellect n'ait jamais élaboré" Paul VALÉRY (La Politique de l’esprit, Le bilan de l'intelligence  in Variété III)

L'histoire a été utilisée au Rwanda comme les autres pays de l'Afrique Centrale pour permettre aux colons et ex-colons d'exploiter les ressources naturelles. Mais force est de reconnaître ici que les africains dans leur grande majorité sont dans un état de sommeil encore. Les élites africaines   (passées et présentes) que j'interpelle ici ont accepté la situation et se sont rendues actrices de ces actes de désolation qui meurtrissent les pauvres populations qui végètent profondément dans un analphabétisme chronique scientifiquement et politiquement organisé.

L'accès à l'éducation, surtout éducation responsable et de qualité est la seule alternative contre cette prédation vis-à-vis de la "race africaine".

Cet "holocauste" rwandais est un échantillon des résultats que peut donner la situation de presque tous les pays africains. Près de 60 ans après les indépendances théoriques et infantiles, il est temps pour nous d'aller vers une indépendance responsable, objective, économique et surtout psycho-spirituelle.

L'espoir est certes permis mais accélérons le cours des évènements pour que les 1,9 milliards d'africains en 2050  puissent  être des acteurs-clé des instances décisionnelles de la terre.

63,15%  soit 1,2 milliards d'africains seront âgés de 15 à 35 ans, nous serons donc la population la plus jeune en 2050. Nous sommes et nous serons les plus porteurs d'espoir. Cet espoir ne doit plus être une vaine aspiration ou une vaine évidence. Il doit être matérialisé en actes concrets et en avantages jouis.

Chers africains et chères bonnes volontés du monde, contribuez à créer plus d'équité, d'égalité et de paix dans le monde en vous vous investissant dans la cause du JUSTE. Retenez qu'il n'y aura pas de place pour les faibles en 2050 donc méditez sur les solutions possibles ou vous n’aurez d’autres choix qu’observer un monde qui sera en proie à de fortes tensions issues des tentatives de réplique à l’injustice.

Paix aux âmes des TUTSI victimes de la barbarie humaine des 100 jours de 1994. Les milles collines du Rwanda, témoins de vos cris non-entendus et volontairement inaudibles  vous garderont dans leur mémoire, ne comptez pas sur les HOMMES, surtout les plus puissant et les plus supposés démocrates pour cela car ils sont et seront toujours guidés par leurs intérêts économiques égoïstes et par leur instinct de plus sauvage que celui des animaux.

Une félicitation est à adresser au peuple qui a su rapidement se remettre de cette grande catastrophe en 20 ans. Cela ne serait pas certainement possible ailleurs.

Lisez également  le « Génocide Rwandais » sur le site Wikipédia

Version Bureau : http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9nocide_rwandais

Version Mobile :http://fr.m.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9nocide_des_Tutsis_au_Rwanda

Posté par Djibril Niare à 16:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2014

Egypte : Une révolution pour rien

 

Fatah 

La pseudo-révolution égyptienne a finalement

fini par l'échec avec la bénédiction des Européens

et des Américains

 

Le 24 janvier 2011 était l’aboutissement de la « Révolution égyptienne » (un épisode du feuilleton « Printemps arabe ») avec le départ du président militaire Hosni Moubarak et sa horde. Mohamed Morsi fut ainsi le premier président démocratiquement élu du pays le 30 juin 2012. Un an plus tard (le 03 juillet 2013),  il fait l’objet d’un coup d’Etat dirigé par le général Abdel Fattah al-Sissi.

Le 24 janvier 2014, le peuple égyptien préparait le plébiscite d’un autre président  militaire, Al-Sissi promu maréchal 3 jours plus tard. Après avoir tué en quelques mois plus que Moubarak en 30 ans, après avoir détruit les acquis de la révolution, après avoir renforcé l’influence de l’Occident en grande partie les USA, Al-Sissi fait l’objet d’une admiration très contraste des Egyptiens.

Le constat fait ressortir l’un des deux aspects : soit le peuple  égyptien  est naïf et inapte à identifier ses choix, soit les arabes ont horreur seulement  des dirigeants qui s’installent longtemps même s’ils sont efficaces dans leur gestion et dans leur contexte.

Posté par Djibril Niare à 17:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 janvier 2014

Retour sur une histoire récente : le livre du Sphinx "ATT-cratie: la promotion d'un homme et de son clan, tome I"

La répétition est pédagogique et méthodologique et le survol de l'histoire surtout récente édifie la lecture du présent.

Lisez le présent document que j'ai trouvé. ATTCRATIE_TomeI. Chacun y peut faire son analyse et apprécier certains dossiers actuels de l'actuel gouvernement malien.

Posté par Djibril Niare à 16:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 janvier 2014

Vie politique du Mali : Nouvelle configuration, nouveau départ

Les élections législatives viennent de marquer un tournant important  du retour à la normalité et à l’ordre constitutionnel au Mali (en attendant la fin du processus par les communales au 1er trimestre 2014).

Le pays vient d’être doté d’un nouveau parlement, effectivement un nouveau car seul 28 des anciens députés sont reconduits dans leurs circonscriptions. Les Maliens ont-ils décidé réellement pour le changement ? Cette Assemblée Nationale saura jouer son rôle constitutionnel tant attendu ? Beaucoup d’analystes politiques et constitutionnalistes considèrent que les législatures de 1992 à 2013 ont une responsabilité de taille dans les causes de la crise connue. Ces élus ont fait prévaloir un consensus donnant quitus à l’exécutif de conduire le pays dans la situation qui n’est plus à décrire. Du coup cette image terne et de bouffons des députés a occasionné une perte notable de la confiance du citoyen lambda à la chose politique.

Voyons la configuration de la nouvelle assemblée un peu en détail. Le RPM, parti présidentiel en sort première force politique avec 66 députés sur 147, suivi par l’URD avec 17 et de l’ADEMA-PASJ avec 16. Les micro-partis se positionnent avec des scores de 6 à 1 députés. L’ADEMA, ex-parti présidentiel et ex-première force politique (députés et mandats locaux) de 1992 à 2013 connait sa plus grande et spectaculaire chute. 76 députés sur les 117 en 1992, 128 sur 147 en 1997, elle a entamé aujourd’hui une irréversible chute due aux fortes divisions internes avec des conflits d’intérêts trop antagonistes. Le candidat du parti à la présidentielle (Dramane Dembélé), renforcé par un autre candidat à la présidentielle (Mountaga Tall) vient de subir à Ségou le plus célèbre échec de l’histoire de toutes les législatives au Mali. Il est rejoint sur ce tableau d’échec par certaines têtes d’affiches du parti, tels Assarid Ag Imbarkawane (après 20 ans de vie parlementaire à Gao), Nock Ag Attia (30 ans en fonction), Adama Sangaré (Maire du District de Bamako), Oumarou Ag Ibrahim (Président du Haut Conseil des Collectivités Territoriales), etc. L’Adema est en quête d’un véritable leader consensuel à l’absence d’un « leader naturel ».

Certains grands et redoutés pontes et de l’hémicycle issus de partis opportunistes ou appuyés par ATT connaissent des échecs (dès le 1er tour) aussi lamentables que les barons  défaits de l’Adema. Il s’agit de Konimba Sidibé candidat malheureux à la présidentielle, du célèbre avocat et transhumant politique Kassim Tapo, Baba Sandi Haïdara, Me Demba Traoré, Saoudatou Dembélé, Hamidou Diabaté, etc. Le turbulent Oumar Mariko a été élu péniblement à Kolondiéba, il échappe du coup à cette vague d’humiliation.

La question est de savoir maintenant, qui acceptera de s’afficher réellement en leader(s) de l’opposition dans un pays ou l’opposant est considéré comme un « clochard », signe d’immaturité aussi des majorités présidentielles. Quelles seront les chances de se faire entendre par la majorité présidentielle de ce ou ces opposants ? Que reste t-il du bloc FDR après ces législatives ? Les  réalités de constitution de ce bloc prévalent-elles toujours ? Est-ce cette assemblée pourra se donner l’image attendue par les Maliens et jouer pleinement son rôle dans sa mission de s’opposer ou de soutenir les programmes du Président IBK ?

Rien qu’avec la saisine du Gouvernement d’inculpation de l’ex-Président ATT pour haute trahison, cette assemblée ne devra pas chômer. L’éclat, l’efficacité de l’institution viendra plus du contrôle des activités gouvernementales par quelques têtes fortes que des fausses querelles entre groupes parlementaires.

L'un des véritables défis de cette législature est sa capacité à accompagner de manière responsable le ou les gouvernements de IBK dans sa gestion de la crise du Nord. Il s'agit de le (ou les) cadrer contre toutes dérives impopulaires car les premières actions du Gouvernement de Oumar Tatam LY (libérations des detenus MNLA, insécurité à Kidal, faible intervention de l'Etat lors de la prise en charge sinistrés des innondation) ont créé une certaine indignation qui laissent croire à d'éventuels dérapages. Le Mali de 2014 attend la matérialisation de la lutte contre la corruption et contre l'impunité.

 

 Il faudra aussi s’attendre à moins de passions dans ces tiraillements entre les dits groupes car le jeu est joué d’avance, il n’y aura pas une force redoutable et crédible qui s’opposera à la majorité présidentielle du moment ou bon nombre des micro-partis s’affilieront très vite dans l’objectif de bénéficier des faveurs du Président IBK à qui les Maliens demandent prudence face aux opportunistes et aux courtisans.

CONFIGURATION DE LA NOUVELLE ASSEMBLÉE

APRÈS RÉSULTATS DÉFINITIFS

Rang

Partis

Nombre députés

1er

RPM 

66

2e

URD 

17

3e

ADEMA 

16

4e

FARE 

6

5e ex.

CODEM 

5

5e ex.

SADI 

5

7e

CNID 

4

8e ex.

PARENA 

3

8e ex.

PDES 

3

8e ex.

MPR 

3

8e ex

ASMA 

3

12e ex.

ADP 

2

12e ex

CDS 

2

12e ex.

MIRIA 

2

12e ex.

UM RDA 

2

16e ex.

YELEMA 

1

16e ex.

UDD 

1

16e ex.

PRVM 

1

16e ex.

APR 

1

Non positionnés

Indépendants 

4

Source : Essor

 

Posté par Djibril Niare à 16:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2013

RPM(parti présidentiel), parti en renaissance? FDR (front anti-putch), bloc en effritement?

 

assemblee-nationale-mali-bagadadji-depute

Liste des députés élus, résultats provoire à valider par la CourConstitutionnelle Legislative_2e_Tour_Res_Complets_Provis

RPM: 60 députés sur 147. Les élections législatives ont confirmé la solidité et l'enracinement du parti présidentiel contre les avis de tout bon analyste. Cela nous amène à croire que la grande mobilisation pour le Président était l'oeuvre de son appareil politique qu'est le RPM.
Ces législatives ont permis aussi aux maliens de se débarrasser des hommes politiques bavards impopulaires. Il y en avait parmi ceux-ci qui se croyait réellement populaires mais hélas! ils sont le fruit du régime ATT. 
L'Adema: 30 députés, URD : 17, FARE : 6, PARENA : 3. Cette élections nous enseigne aussi la chute lamentable du bloc FDR. Je pense bien que c'est une situation semblable que Tiebilé Dramé avait vu en se retirant de l'élection présidentielle quelques jours avant et n'a pas daigné se présenter aux législatives qu'il chérissait tant sous l'ancien régime. 
La question que l'on se pose est :

Est-ce les partis du FDR se sont rendus impopulaires par leurs actions de contestations pendant et après la transition?

Est-ce les partis du FDR n'étaient-ils pas les responsables de la crise que notre pays a connu à travers leurs complicité et silence avec ATT ?

Voici des questions qui méritent d'être posées. 

Posté par Djibril Niare à 12:03 - Commentaires [3] - Permalien [#]

24 novembre 2013

Législatives maliennes

images aaass

Aujourd’hui 24 novembre 2013, les Maliens sont convoqués aux urnes pour élire leurs représentants à l’hémicycle. C’est le lieu aujourd’hui de se poser certaines questions.

Est-ce le Malien a mûri ?

Est-ce que les leçons de la crise ont été tirées ?

Est-ce le taux record de la présidentielle de juillet dernier était une ferveur liée aux douleurs de la crise ?

Le parti présidentiel (RPM) a –t-il été un élément clé de l’élection du Président IBK ?

Les résultats des urnes  répondront mieux à ces différentes questions.

Posté par Djibril Niare à 09:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2013

Efforts fournis par l'Etat malien au titre des accords sur le Nord de 1992 à 2006

Dans le cadre de la mise en œuvre du Pacte National, l’État a fait des concessions avec l’intégration de 2795 ex-combattants répartis comme suit : 2315 militaires dans l’armée, la gendarmerie nationale et dans la garde nationale; 150 policiers; 100 douaniers; 150 agents des eaux et forêts; 180 agents dans les autres administrations civiles…

 

Posté par Djibril Niare à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2013

EQUATION DIFFICILE DE LA CRISE DU NORD-MALI

Carte Kidal1

La Région de Kidal, la moins peuplée des 8 régions du Mali retient les plus grandes attentions et est la plus médiatisée aujourd’hui. Il est inadmissible que de voir les pratiques les plus libertines de la république dans une région ou les populations n’adhèrent pas aux pratiques des groupes rebelles qui prétendent se battre pour elles.

Finalement, la question principale que l’on se pose est de savoir à qui profite cette anarchie qui n’a que trop duré. Les actions des différents acteurs en jeu sont les plus complexes aux yeux du malien lambda :

  • l’Etat qui fait des concessions inadmissibles au profit de groupes rebelles sourds et immuables,
  • la France qui s’attribue les prérogatives de l’Etat central souverain du Mali,
  • les groupes rebelles méprisant l’Etat qui ne sont pas orientés vers la gestion des vrais problèmes de leurs communautés,
  • les chefs de tribus qui simulent leur appartenance à un Etat contre qui ils coopèrent avec les groupes armés.

Voici autant de pratiques et de comportements qui ne trouvent pas d’explications rationnelles à l’analyse du pauvre citoyen malien dont les impôts contribuent à entretenir des groupes rebelles qui mènent des rapines contre lui.

Serait-il opportun de dire que tout ce jeu complexe est l’introduction à la fameuse question d’exploitation très prochaine des matières premières déjà identifiés (pétroleuraniumcuivrepierres précieuses, etc.)?

La découverte de richesses minières est-elle synonyme de malédiction ?

Si chacun pouvait décliner  objectivement et clairement ses ambitions dans cette situation, le premier gouvernement d’IBK pourrait s’occuper des vrais problèmes de développement pour lesquels il a été installé.

Le malaise n’existe pas qu’au seul nord et en plus il n’est pas plus criard au nord qu’au sud. Les partenaires du Mali et les populations du sud trouveront plus de visibilité et d’objectivité dans les actions de ce premier gouvernement s’il s’attèle aussi et surtout à la gestion du mal développement du reste du pays qui consent des efforts énormes pour la cohésion réelle et la survie de l’Etat.

 

Posté par Djibril Niare à 12:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]